7 décembre 2016

Santé: S'épiler le pubis a des conséquences inattendues


Selon une nouvelle étude réalisée par l'Université de Californie, sur
base des données de 14.000 personnes âgées entre 18 et 65 ans, les femmes qui s'épilent ou se rasent les poils pubiens (intégralement ou en partie) ont plus de risques de contracter une maladie sexuellement transmissibles que celles qui ne touchent pas à leur toison.

Les volontaires ont dû répondre à de nombreuses questions sur leur vie sexuelle et leurs habitudes en terme de poils, comme on peut le lire dans le journal de recherches Sexually Transmitted Infections. L'épilation augmente de 80% le risque d'attraper une IST, selon les chiffres obtenus après analyse des réponses. 13% des répondants ont eu au moins une fois une des maladies sexuellement transmissibles suivantes: herpès, syphilis, HPV, honorrhée, chlamydia, HIV ou encore morpions.

17% des répondants ont expliqué s'épiler les poils pubiens complètement au moins 11 fois par an. Chez eux, les maladies qui s'attrapent par contact cutané comme l'herpès ou le HPV sont en pleine expansion. Les morpions, eux, se manifestent chez ceux qui ne touchent pas à leurs poils. Logique: dans une forêt de poils, ils ont plus de facilité à se reproduire.

Les chercheurs rappellent malgré tout qu'on s'épile le plus souvent parce qu'on a des relations sexuelles. Et qui dit sexe dit augmentation des IST. Ils envisagent donc de pousser leurs travaux pour confirmer ces premiers résultats.

Source: 7sur7

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire